Manger du bon gras : santé et physique

Rôle des graisses sur l’organisme

Il existe une communication permanente dans l’organisme. Nos graisses perçoivent, reçoivent et renvoient un certain nombre d’informations via des molécules qu’elles fabriquent et qui appartiennent notamment à la famille des hormones ou de certaines molécules signalisatrices.

Par conséquent, il est important de comprendre que nos graisses fabriquent un certain nombre de molécules qu’elles libèrent ensuite dans le reste de l’organisme afin de donner une information. Et cette information est largement influencée d’une part, par la quantité de graisses que nous avons en réserve, et d’autre part, la qualité et le type de graisses que nous consommons dans notre alimentation.

Problème : lorsque l’on a trop de graisses de réserve et qu’on absorbe trop d’un certain type de graisses telles que les graisses saturées, hydrogénées ou un excès omégas 6, à ce moment là, on génère un signal qui va provoquer de l’inflammation chronique dans l’ensemble de l’organisme et dans notre cerveau.

Cette inflammation chronique va perturber les organes, les muscles, les tendons, les articulations, le système digestif, jusqu’à notre façon de penser. Il est alors absolument capital de contrôler cette inflammation chronique, de la faire baisser, et surtout d’enrayer son développement en perdant de la graisse et en consommant les bonnes graisses pour influencer positivement l’organisme au lieu de l’influencer négativement et de créer de l’inflammation chronique.

4 clés stratégiques pour améliorer sa santé et son physique en perdant du gras :

Dormir suffisamment pour perdre de la graisse

Le sommeil régule un certain nombre de facteurs essentiels autour du métabolisme énergétique, autour du contrôle de la satiété (contrôle de la faim) et également du contrôle émotionnel. Si vous ne dormez pas suffisamment, il y a un certain nombre de déséquilibres hormonaux qui vont à leur tour entraîner des fringales qu’il va être difficile de réfréner. Vous risquez alors de manger des aliments riches en énergie et ainsi limiter votre perte de graisse ou du moins vous empêcher d’en perdre suffisamment.

Limiter les glucides à indice glycémique élevé et mériter les glucides

Premier point : éviter la consommation de sucres rapides voir très rapides, car cela perturbe le bon fonctionnement de l’insuline, responsable du stockage et de la libération de l’énergie. Une insuline qui fonctionne mal engendre un stockage abusif des graisses et une utilisation des réserves beaucoup plus difficile qu’à la normale. Pour faire simple, manger des glucides à indice glycémique haut favorise la rétention des graisses et limite la perte de poids.

Deuxième point, il est important de consommer suffisamment de glucides mais pas de manière excessive et toujours en fonction du niveau d’activité physique journalier et du type de pratique sportive que vous avez pu avoir dans la journée. Plus vous bougez, plus vous pratiquez de sport, plus vous avez le droit à des glucides à indice glycémique moyen ou bas, et moins vous bougez, et plus cette consommation doit être modérée et contrôlée.

Diminuer, stopper les produits industriels et transformés

Pizzas, fritures, plats cuisinés et préparés, gâteaux apéritifs, toute cette alimentation est excessivement riche en mauvaises graisses. Ces aliments apportent énormément de graisses hydrogénées (modifiées) très toxiques pour l’organisme, trop de graisses saturées et un excès de graisses oméga 6. Cet excès de graisses oméga 6 accentue le déséquilibre qui existe au niveau des membranes de nos cellules et qui au contraire devrait être relativement équilibré entre suffisamment d’oméga 6 et suffisamment d’oméga 3. Lorsque vous consommez trop de mauvaises graisses, vous perturbez cet équilibre et accentuez le signal d’inflammation chronique décrit précédemment.

Remplacer les mauvaises graisses par de bonnes graisses

Il convient donc de remplacer ces mauvaises graisses par des graisses meilleures pour la santé.

Voici une liste non exhaustive de bonnes graisses à inclure dans votre alimentation :

– Olives, huile d’oive, huile de lin, huile de colza
– Noix, amandes, noisettes
– Graines de lin, graines de chia
– Maquereaux et sardines frais ou congelés (éviter le plus possible en conserve)