Manger cru pour améliorer sa santé et son physique

Le manger cru est un mode ancestrale de consommation des aliments, puisqu’il a fallu attendre plusieurs milliers d’années avant que l’Homme ne domestique le feu. Basique et très rapide (on prend l’aliment brut sans préparation ni de temps de cuisson), la  » crusine  » (en opposition à la cuisine) est ultra vitalisant pour l’organisme grâce à sa haute valeur biologique.

Redevenu populaire en Californie sous le nom de   » raw food  » qui signifie  » sans cuisson  » ou  » brut « , le manger vivant réapparaît peu à peu dans nos assiettes. L’intérêt croissant des régimes alimentaires type paléo ou végan, encouragés par de nombreux experts en nutrition, participent largement à cette recrudescence du cru.

Mais le sans cuisson ne consiste pas uniquement en la consommation de produits non cuits. Le manger cru invite à profiter de tous les bienfaits de l’aliment, à commencer par la peau du fruit et du légume. Une alimentation crue de qualité nécessite alors de sélectionner des produits sans transformation (sans additifs), ni exposition à certains produits chimiques (OGM, pesticides et engrais).

Manger du cru est donc à replacer dans le cadre d’une alimentation bio, puisque manger un aliment ayant poussé dans un sol sain permet de profiter de la totalité de sa valeur biologique.

Manger cru – les bénéfices sur la santé

Consommer des aliments dans leur état brut permet de maximiser les apports en micronutriments (vitamines, minéraux et oligo-éléments) et de faire correctement fonctionner l’organisme.

La cuisson est un des principaux facteurs qui engendre la diminution voir la disparition des micronutriments. A une température de 47.8°c, les enzymes digestives sont détruits alors qu’ils sont à l’origine de réactions chimiques qui s’opèrent au sein de notre organisme, notamment pendant la digestion (étape clé où se fait l’assimilation des aliments).

Exclure le traitement par la chaleur des produits, c’est s’assurer de la conservation de ces protéines catalytiques (enzymes) essentielles à une digestion optimale. Les intestins, qui sont le foyer de notre santé, et considérés comme notre deuxième cerveau, jouent aussi un rôle prépondérant dans la digestion. De fait, si notre système digestif se porte bien, l’ensemble de l’organisme aussi !

Les enzymes digestives jouent donc un rôle majeur sur la santé de nos intestins et sur la qualité d’assimilation des micronutriments ingérés. L’impact sur notre santé globale est donc important !

Manger cru – les bénéfices sur le physique

La crudité des aliments influence positivement notre physique grâce à l’utilisation des réserves énergétiques qu’elle requiert pour être digérée et assimilée.

Les aliments à l’état brut disposent d’une teneur plus élevée en micronutriments tout en étant plus pauvres en calories que les aliments cuits, car la cuisson augmente la valeur énergétique des aliments. Par exemple, une pomme aura une charge glycémique plus importante après avoir été cuite, et demandera moins d’énergie à l’organisme pour être digérée. La cuisson exige aussi bien souvent (hormis une cuisson vapeur) l’ajout d’une huile, qui vient augmenter un peu plus l’apport calorique.

Un aliment cru coûte plus d’énergie au corps, pour la digestion et l’assimilation, qu’un aliment cuit. Il évite aussi d’augmenter la part calorique du repas. Le cru permet aussi de profiter de la haute teneur en eau de certains produits type concombre, melon, pastèque, fraise, etc. … Une bonne hydratation participe au bon fonctionnement de l’organisme et influence donc positivement la perte de poids.

Manger cru  – les aliments à privilégier

Voici une liste non exhaustive d’aliments à privilégier dans le cadre d’une alimentation sans cuisson (en fonction des saisons) :

Riches en minéraux, protéines et vitamine C – à consommer sans modération :

– les légumes à feuilles vertes : chou frisé, feuilles de chou vert, roquette,

– les légumes verts : carottes, fenouil, haricots, navets,

– les légumes verts foncés : épinard, mâche, pissenlit,

– les fruits : pommes, poires, tomates, raisin, carottes,

Riches en protéines et en fibres – à consommer modérément

– les graines oléagineuses : graines de lin, graines de sésame, graines de tournesol, graines de chia,

– les noix : amandes, noisettes, noix de cajou,

les jeunes pousses (à faire germer*) : brocoli, roquette, fenouil, alfalfa,

– les légumineuses (à faire tremper) : lentilles, haricots secs, pois chiches,

* Les graines germées (jeunes pousses) peuvent être cultivées et consommées toute l’année et apportent une quantité et une qualité exceptionnelles de micronutriments. Elles s’articulent autour de la technique de germination qui permet l’obtention de jeunes pousses (à manger en salade ou à incorporer à vos plats). Pendant le processus de germination, la période de trempage favorise la libération des vitamines et des sels minéraux présents dans les graines. La déshydratation, qui est la phase suivante du trempage, acrroît considérablement la teneur en micronutriments de haute valeur biologique. C’est en plus l’assurance de manger cru et bio !

Riches en fer, chlorophylle et vitamine – à consommer avec parcimonie

– les algues : la spiruline, la chlorelle,

– les herbes et plantes aromatiques aux vertus médicinales : menthe, thym, basilic,

 

EN CONCLUSION

Le manger cru est le mode alimentaire le plus naturel et le plus  bénéfique pour notre santé et notre physique, mais cela n’est pas une alimentation physiologique : la cuisson agit comme une pré-digestion en aidant les intestins, pour qui, digérer du cru demande plus d’efforts que du cuit.

Le cru ne doit donc pas représenter l’exclusivité de notre alimentation, tel que le crudivorisme, appelé également  » alimentation vivante « , suggère. Il faut varier cuit et cru, et surtout utiliser les bonnes méthodes de cuissons (mode, température) pour garder une qualité nutritive intéressante des aliments tout en prenant soin de notre système digestif.

Conseil N°1 : manger du cru chaque jour (fruit et/ou légumes de saison), à n’importe quel moment de la journée, sans tomber dans l’excès.

Conseil N°2 : accompagner votre consommation de cru avec une source de bonnes graisses pour aider à la digestion.

Conseil N°3 : manger un produit cru différent chaque jour, chaque semaine.